22 janvier 2011

Couleurs





De toutes les couleurs

Un ton seul n'est qu'une couleur, deux tons c'est un accord, c'est la vie.

Henri Matisse

























Des milliers de teintes:

Jouer avec les couleurs et les saveurs:







La terre est bleue comme une orange…


Paul ELUARD, L'Amour la poésie (1929)






Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.




La couleur des mots


Mélangez « couleurs » et « livres »... Laissez reposer... Agitez encore... alors surgissent : Le rouge et le noir (Stendhal), L'herbe rouge (Vian), Le chien jaune (Simenon), L'oiseau bleu (Cendrars), L'habit vert (Musset), Le livre blanc (Cocteau), Le nain jaune (Jardin), Le rayon vert (Jules Verne)... et bien d'autres titres que nous laissons à votre imagination car là n'est pas notre propos. En effet, symboliques ou descriptives, les couleurs qui habitent la littérature font sens.



« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent »


« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent »

A partir du Romantisme qui rejette les distinctions académiques, la recherche d'une correspondance entre les arts s'impose. On peut citer les « correspondances » de Baudelaire, ou les très emblématiques « Voyelles » de Rimbaud. Dans ce dernier exemple, il est à noter l'association de l'unité de base de la littérature (la lettre) avec celle de la peinture (la couleur). A chaque voyelle, Rimbaud associe une couleur !
Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrement divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Arthur Rimbaud










Le noir


" Le noir est une couleur en soi, qui resume et consume toutes les autres."

Henri Matisse




































 Porte-fenêtre à Collioure (1914)
 Matisse Henri




"Le noir est la vue des objets qui n'émettent ni ne reflètent aucune part du spectre de lumière visible. Même si le noir est parfois décrit comme achromatique, ou sans teinte, il peut en pratique être considéré comme une couleur, comme dans les expressions « chat noir » ou « peinture noire ».
En effet, si l'on considère la synthèse soustractive, le noir est obtenu par un mélange de pigments absorbant chacun une longueur d'onde, combinés de manière à toutes les absorber ; c'est bien une couleur obtenue par mélange. Néanmoins, si l'on considère la synthèse additive (superposition de faisceaux lumineux monochromatiques), le noir est au contraire une absence de couleur. Dans l'espace standard RVB ("Rouge-Vert-Bleu"), il a pour composantes (0, 0, 0).
On oppose ainsi le noir au blanc, puisque le blanc est constitué de l'ensemble des longueurs d'ondes visible. Lorsqu'on combine les trois couleurs primaires en proportions équivalentes dans la synthèse additive, on va ainsi du noir au blanc en passant par toutes les nuances de gris. Dans le langage courant, blanc et noir sont appelés des "non-couleurs"."






CANTIQUE DES CANTIQUES

Couleur de peau
Chapitre 1.- Poème des poèmes

Poème des poèmes qui est à Shelomo.
Il me baisera des baisers de sa bouche; oui, tes étreintes sont meilleures que le vin.
À l'odeur, tes huiles sont bonnes, ton nom est une huile jaillissante; aussi, les nubiles t'aiment.
Tire-moi derrière toi, courons !
Le roi m'a fait venir en ses intérieurs.
Jubilons, réjouissons-nous en toi !
Mémorisons tes étreintes mieux que le vin ! Les rectitudes t'aiment.
Moi, noire, harmonieuse, filles de Ieroushalaîm, comme tentes de Qédar, comme tentures de Shelomo.
Ne me voyez pas, moi, la noirâtre: oui, le soleil en moi s'est miré.
Les fils de ma mère ont brûlé contre moi; ils m'ont mise gardienne de vignobles.
Mon vignoble à moi, je ne l'ai pas gardé !
Rapporte-moi, toi que mon être aime, où tu pais, où tu t'étends à midi ; car pourquoi serais-je comme affublée, auprès des troupeaux de tes amis ?
Si tu ne le sais pas pour toi, la belle parmi les femmes, sors pour toi sur les traces des ovins; pâture tes chevreaux aux demeures des pâtres.
À ma jument, aux attelages de Pharaon, je te compare, ô ma compagne !
Tes joues sont harmonieuses dans les pendeloques, ton cou dans les gemmes.
Nous ferons pour toi des pendeloques d'or, avec des pointes d'argent.
  1. Le roi encore sur son divan, mon nard donne son odeur.
  2. Mon amant est pour moi un sachet de myrrhe; il nuite entre mes seins.
  3. Mon amant est pour moi une grappe de cypre, aux vignobles de 'Éïn Guèdi.
  4. Te voici belle, ma compagne, te voici belle aux yeux palombes.
  5. Te voici beau, mon amant, suave aussi; aussi notre berceau est luxuriant.
  6. Les cèdres sont les poutres de nos maisons; nos lambris, des genévriers.








METEO

Pépiement incessant des oiseaux,
Lumière d'hiver.
Sol gelé.
Travail studieux.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire