24 janvier 2011

De l'œuf, du serpent et autres choses

Cosmogonie












"Le serpent est un des archétypes les plus importants de l'âme humaine. Il est le plus terrestre des animaux.  C'est vraiment la racine animalisée et, dans l'ordre des images, il est le trait d'union entre le règne végétal et le règne animal (...)."

Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, José Corti 1948, chapitre VIII, 3 ( p 262-263)



Anonyme, Création du monde, 1990, acrylique sur papier, 25x210 cm.




LA CREATION DU MONDE

Conte africain

(d'après "Le cycle de la vie ou comment le monde fût créé")


« Quand vient mon conte... C'est ainsi que cela s'est passé... Il y a très très longtemps. Il s'agit d'un lézard et d'un œuf, un jour ils décidèrent qu'ils voulaient manger du raisin. Ils partirent donc en brousse, ils marchèrent, ils marchèrent...et, enfin, ils arrivèrent auprés d'un raisinier. Le lézard, aussitôt, grimpa sur l'arbre, mais comme l'œuf n'arrivait pas à grimper, le lézard redescendit de l'arbre et, poussant l'oeuf par derrière, il le mit sur l'arbre et lui-même y grimpa de nouveau, puis, tous deux se mirent à manger du raisin, s'empiffrant jusqu'à n'en plus pouvoir. Or, au moment de redescendre, voilà que l'oeuf ne parvenait pas à descendre ! Le lézard, lui, était déjà descendu, aussi l'œuf lui cria-t-il : -Fais-moi un tas de terre molle, que je puisse me lancer et venir tomber dessus ! Le lézard fit, en effet, un tas de terre molle, mais il avait pris une pierre et l'avait enfouie au beau milieu du tas, et notre œuf, en tombant, vint s'écraser sur cette pierre ! Le lézard voulut en rire, mais il y eût une herbe qui lui trancha la gorge ! L'herbe voulut en rire, mais un feu brûla l'herbe ! Le feu voulut en rire, mais de l'eau éteignit le feu ! L'eau voulut en rire, mais des animaux sauvages burent l'eau ! Les animaux sauvages voulurent en rire, mais les chasseurs les tuèrent avec leurs fusils ! Les chasseurs voulurent en rire, mais la mort tua les chasseurs ! La mort voulut en rire, mais la vie foudroya la mort ! La vie voulut en rire, mais Dieu gâta la vie ! Et quand Dieu eut anéanti ce vieux monde, complètement, c'est alors qu'il recréa un nouveau monde.
 
Et ce monde-là, c'est celui dans lequel nous sommes. Et si cette aventure ne s'était pas produite, notre monde d'aujourd'hui n'existerait pas. Mon gros conte a mûri complètement ».





 
Tian-gong Yuan.
"Pangu Kaitian Pidi"
(Pangu créant le monde)
de Tui Bei Quan Tu, 1820

Chine


 
"Dans les ténèbres Pan-Gu surgit d'un énorme œuf primordial et il se développa à l'intérieur pendant 18000 ans. Puis avec une hache qu'il avait fabriquée, il fendit l'œuf qui s'ouvrit.
Les parties transparentes et légères se mirent à flotter pour constituer le ciel en montant d'un zhang (3,58m) par jour; de même les parties lourdes et opaques commencèrent à s'enfoncer d'un zhang par jour pour former la terre.
Alors, Pan Gu se dressa. Pour empêcher la terre, encore fluide, et le ciel de se mêler à nouveau, il grandit d'un zhang par jour et les maintint écartés. Pendant encore 18 000 ans, la terre et le ciel, ainsi séparés, se solidifièrent. Pan Gu put enfin se reposer, il s'étendit et mourut.
De son souffle naquirent le vent et les nuages, sa voix se mua en tonnerre, son œil gauche en soleil, son œil droit en lune, ses cheveux et ses moustaches en étoiles dans le ciel. Les autres parties de son corps donnèrent naissance à des éléments constitutifs de la terre, comme les montagnes, les fleuves, les chemins, les plantes, les arbres, les métaux, les pierres précieuses et les rochers. De sa transpiration jaillirent la pluie et la rosée."





Geb étendu sur le sol et séparé de la voûte céleste (Nout) par son père Shou



 Egypte - Le mythe héliopolitainA l’origine, il n’existait rien d’autre que l’océan primordial, le Noun (à noter que Noun peut être considéré comme un concept plutôt que comme un dieu.)
Issu de Noun, le dieu Atoum fut selon la cosmogonie héliopolitainne la divinité à l’origine de la création de l’univers. Dieu solaire, il était Khépri le soleil levant, (ou .) le soleil à son zénith, Atoum le soleil couchant.
Atoum donna ensuite naissance au dieu Shou, l’air, et à la déesse Tefnou, l’humidité.
Ces deux divinités  s’accouplèrent et donnèrent alors naissance au dieu Geb, la terre, et à la déesse Nout, le ciel.
Cependant, Geb et Nout étant enlacés, ni l’air ni l’humidité ne pouvait circuler et Râ ordonna à Shou de les séparer. Râ, furieux, interdit alors à Nout d’accoucher au cours des douze mois de l’année.
L’ingénieux Thot, décidant de porter assistance à Nout, se rendit alors auprès de la lune. Perdant au jeu, cette dernière accorda à Thot cinq jours supplémentaire dans l’année et Nout put enfin accoucher. Elle donna ainsi naissance à quatre enfants : Osiris, Isis, Seth et Nephtys (parfois l’on parle d’un cinquième enfant, Horsemsou (ou Haroëris.), ce qui signifie « Horus l’Ancien. »).










 
MEXIQUE

"Plus connu sous le nom de serpent à plumes, Quetzalcoatl signifie précisément oiseau-serpent, quetzallin désignant en nahuatl une longue plume d'oiseau et coatl le serpent. Ce dieu précolombien représente ainsi l'union des éléments ouranien et chtonien, à l'origine de la création du monde dans la mythologie aztèque. En effet, ce même symbolisme est à l'œuvre dans une légende relatant les débuts de la civilisation des Aztèques (1325-1521 environ après J.-C.). Sur ordre divin, ils durent fonder la capitale de leur empire, Mexico, à l'endroit où ils trouveraient un aigle perché sur un cactus, occupé à dévorer un serpent."
Laura Ménard

Quetzalcoatl.
 
Mexique, culture aztèque, 1400-1521.
musée du quai Branly

     
                           







Cosmogonie monothéiste.
Genèse: Bereshit { בראשית, ([Bərêšîth]):



La création de l’univers

Dans cette cosmogonie, la création de l'univers est décrite dans le livre de la Genèse. On considère aujourd'hui, en général, que ce récit est symbolique. Le créateur (qu'il soit appelé Yahvé, Dieu ou Allah) est intemporel, n’ayant ni début ni fin. D'après la vision biblique, lorsqu’Il créa le monde, l’univers était « vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux ».

Bereshit pereq aleph,
premier chapitre du Livre de la Genèse,
écrit sur un œuf, musée Israël.


Le premier jour, Dieu créa la lumière par la parole (« Que la lumière soit et la lumière fut »), basculant le monde vers une alternance entre jours et nuits.
Le deuxième jour, Il sépara ciel et mer, créant ainsi la plate-forme de base du monde.
Le 3e jour, Il créa la terre, la fertilisa et y parsema la végétation, donnant naissance à la vie.
Le 4e jour, Il créa le Soleil et la Lune pour indiquer l’alternance entre les deux états du monde (« Dieu fit les deux luminaires majeurs : le grand luminaire comme puissance du jour et le petit luminaire comme puissance de la nuit, et les étoiles. »).
Le 5e jour, Il peupla le ciel par les oiseaux et les mers par les poissons.
Le 6e jour, Il décida de créer les êtres qui peupleront la terre ferme, donnant naissance au règne animal ainsi qu’à l’homme, être à son image et destiné à dominer la terre (« et qu'ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre »).
Enfin, le 7e jour, Il se reposa bénissant et sanctifiant ces jours où Il eut fini de créer le monde.
Le récit coranique indique aussi une création en six jours : « Votre Seigneur est Allâh Qui a créé les cieux et la terre en six jours ».
Les six jours en question sont répartis en trois phases de deux jours : « Dis : "Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre en deux jours et Lui donneriez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l’univers, c’est Lui Qui a fermement fixé des montagnes au-dessus d’elle, l’a bénie et lui a assigné ses ressources alimentaires en quatre jours d’égale durée. (Telle est la réponse) à ceux qui t’interrogent.  Il S’est ensuite tourné vers le ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu’à la terre : "Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons de bon gré". Il décréta d’en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. »Les théologiens musulmans interprètent la durée de la création de manière métaphorique renvoyant aux versets suivants :
« Cependant, un jour auprès de ton Seigneur, équivaut à mille ans de ce que vous comptez. » et
« Les Anges ainsi que l'Esprit montent vers Lui en un jour dont la durée est de cinquante mille ans. » Répliquant à l'idée que le créateur aurait ressenti de la fatigue et qu'un repos fut nécessaire, le Coran affirme : « En effet Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours, sans éprouver la moindre lassitude. » et
« Ne voient-ils pas qu'Allah qui a créé les cieux et la terre, et qui n'a pas été fatigué par leur création, est capable en vérité de redonner la vie aux morts? Mais si. Il est certes Omnipotent. »












BIG-BANG














METEO
La terre est figée,
Les arbres immobiles,
Pâle le soleil.
Ecriture.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire