19 janvier 2011

Langues multiples


Parlez poetes, conteurs et musiciens!






"Chaque poète se taille un langage dans le langage comme s'il découpait un étendard dans le parquet de l'univers, un tapis volant, un autre monde, un Mexique, un lexique. Mais c'est l'ensemble du langage ainsi, qu'il pervertit, déroute, exalte et restitue."

                                                                                Jacques Audiberti-Extrait de La Jeune poésie et ses harmoniques







   Frédéric Mistral
discours sur la langue provençale


    Ço que voulèn
    Ce que nous voulons
    Discours de Sant-Roumié i felibre catala
    (9 de setèmbre 1868)              
      discours de Saint-Rémy aux poètes         catalans
    (9 septembre 1868)
    (...)
    Mai, n'i'a que van nous dire : Cigalo de la terro, aucèu campèstre, que nous voulès, vejan, emé vòsti cansoun, au mitan d'aquesto epoco atravalido e maucourado e maugraciouso ?
    (...)
    Mais, certains sûrement vont nous dire : Cigales de la terre, oiseaux des vastes champs, que nous voulez-vous, dites, avec vos chansons, au milieu de notre époque enchaînée au travail, désenchantée et maussade ?
    - Ço que voulèn ? escoutas-me.
    Ce que nous voulons ? Écoutez :
     Voulèn que nòsti drole, au-liò d’èstre eleva dins lou mesprés de nosto lengo (ço que fai que, plus tard, mespresaran la terro, la vièio terro maire ounte Diéu lis a fa naisse), voulèn que nòsti drole countùnion de parla la lengo de la terro, la lengo ounte soun mèstre, la lengo ounte soun fièr, ounte soun fort, ounte soun libre.
    Nous voulons que nos fils, au lieu d'être élevés dans le mépris de notre langue, (ce qui fait que, plus tard, ils mépriseront la terre, la vieille terre maternelle que laquelle Dieu les a fait naître), nous voulons que nos fils continuent à parler la langue de la terre la langue dans laquelle ils sont fiers, par laquelle ils sont forts, par laquelle ils sont libres.






Federica Matta

 Federica Matta, l’art du voyage   à écouter sur France info.

"Orage mirage – Elle dessine et elle peint dans toutes les langues du monde: c’est par là que Federica Matta fréquente une innocence sacrée, celle des débuts de tout langage et des premiers mots du poème, celle des légendes d’étoiles et des souffrances et des ignorances, qui font encore les histoires des peuples. Le trait se présente rond et plein, il n’hésite pas, mais c’est dans son orientation que l’inattendu survient: le dessin et la peinture sont des damiers à personnages, qui n’ont de fixité que celle des grands lacs originaux. Leur enroulement est la marelle du monde. Art des mythes lointains et des plus secrètes concrètes présences: dans la roche, le grain de riz, la goutte d’eau qui à jamais s’étonne."
Edouard Glissant







La grammaire est une chanson douce - Erik Orsenna [extrait]



...Les mots dormaient.
Ils s’étaient posés sur les branches des arbres et ne bougeaient plus. Nous marchions doucement sur le sable pour ne pas les réveiller. Bêtement, je tendais l’oreille : j’aurais tant voulu surprendre leurs rêves. J’aimerais tellement savoir ce qui se passe dans la tête des mots. Bien sûr, je n’entendais rien. Rien que le grondement sourd du ressac, là-bas, derrière la colline. Et un vent léger. Peut-être seulement le souffle de la planète Terre avançant dans la nuit.
Nous approchions d’un bâtiment qu’éclairait mal une croix rouge tremblotante.
-Voici l’hôpital, murmura Monsieur Henri.
Je frissonnai.
L’hôpital ? Un hôpital pour les mots ? Je n’arrivais pas à y croire. La honte m’envahit.
Quelque chose me disait que, leurs souffrances nous en étions, nous les humains, responsables. Vous savez, comme ces Indiens d’Amérique morts de maladies apportées par les conquérants européens.
Il n’y a pas d’accueil ni d’infirmiers dans un hôpital de mots ; Les couloirs étaient vides. Seule nous guidaient les lueurs bleues des veilleuses. Malgré nos précautions, nos semelles couinaient sur le sol.
Comme en réponse, un bruit très faible se fit entendre. Par deux fois. Un gémissement très doux. Il passait sous l’une des portes, telle une lettre qu’on glisse discrètement, pour ne pas déranger.
Monsieur Henri me jeta un bref regard et décida d’entrer.
Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue :
Je t’aime
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps. Trois mots reliés chacun par un tuyau de plastique à un bocal plein de liquide.
Il me sembla qu’elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu’elle nous parlait :
-Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j’ai trop travaillé. Il faut que je me repose.
-Allons, allons, Je t’aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Il la berça longtemps de tous ces mensonges qu’on raconte aux malades. Sur le front de Je t’aime, il posa un gant de toilette humecté d’eau fraîche.
-C’est un peu dur la nuit. Le jour, les autres mots viennent me tenir compagnie.
« Un peu fatiguée », « un peu dur », Je t’aime ne se plaignait qu’à moitié, elle ajoutait des « un peu » à toutes ses phrases.
-Ne parle plus. Repose-toi, tu nous as tant donné, reprends des forces, nous avons trop besoin de toi.
Et il chantonna à son oreille le plus câlin de ses refrains.
La petite biche est aux abois
Dans le bois se cache le loup
Ouh ouh ouh ouh
Mais le brave chevalier passa
Il prit la biche dans ses bras
La la la la
-Viens Jeanne, maintenant. Elle dort. Nous reviendrons demain...



















"Environ 6000 langues sur terre aujourd’hui ! Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins, tout dépend de la façon dont on compte, de ce que l’on considère comme une langue, comme un dialecte…
Ces 6000 langues sont réparties en familles : on compte à peu près 120, qui comptent elles-mêmes parfois beaucoup de langues, parfois seulement une poignée, plus ou moins parlées, plus ou moins en danger.
Nous avons localisé la plus grande partie de ces langues d’après les données disponibles auprès des chercheurs, vous pouvez les rechercher par famille, par continent, par pays… Vous les trouverez ainsi placées sur nos cartes, avec des fiches informatives, qui ne demandent qu’à être complétées… Avis aux linguistes de bonne volonté et bonne recherche !"










METEO

Douceur,
Ciel changeant,
Bleu se transformant en gris.
Immobilité.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire