3 février 2011

Ironie et Destin


L'ironie du sort




"L'ironie du sort, c'est la face cachée de notre destin"
Paul Guimard

Extrait de L'Ironie du sort









A propos de l'Ironie du sort de Paul Guimard:


"Ce qui fait l'originalité de cette œuvre (L'ironie du sort), c'est la technique du récit qui consiste à nous raconter deux fois la même histoire, à ceci près qu'à un moment précis, un tout petit détail se passe différemment. Ce petit détail suffit à faire basculer l'histoire dans deux directions tout à fait opposées.
Il s'agit d'une modeste opération de sabotage dans un petit village français pendant la Résistance au milieu de la Seconde Guerre mondiale. Mais dans un cas, le héros sera adulé dans son milieu après la guerre, et dans l'autre, il sera conspué. En fait, ce petit livre aux récits parallèles constitue une réflexion efficace sur les réactions de l'être humain et des collectivités face aux «gagnants» et aux «perdants», et sur l'ironie qui fait qu'en réalité, tant qu'une histoire n'est pas terminée (que ce soit une guerre ou quoi que ce soit d'autre), personne ne peut savoir qui sera dans chacun de ces deux camps. "




François Lavallée








ironie du sort (n.f.)

(Figuré) ironie du sort : Accident qui arrive à quelqu’un si fort à contretemps qu’il paraît une moquerie du sort; ou encore, Contraste étrange que présentent deux faits historiques rapprochés par quelque côté.



Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

 IRONIE
n. f.
Figure de rhétorique par laquelle on dit le contraire de ce qu'on veut faire entendre. Ce compliment n'est qu'une ironie. L'ironie abonde dans les Lettres provinciales, dans les Lettres persanes. Il a une grande facilité à manier l'ironie.
Par extension, IRONIE signifie plus ordinairement Moquerie sarcastique dans le ton ou dans l'attitude. Il l'intimidait par son ironie continuelle. Il y avait de l'ironie dans sa façon de le regarder. Il dit cela par ironie. Ironie fine. Ironie amère, cruelle. Il mit dans ses paroles une nuance d'ironie.
Ironie socratique, se dit des Interrogations par lesquelles Socrate, discutant avec les sophistes, les amenait peu à peu à se contredire.
Fig., Ironie du sort, Accident qui arrive à quelqu'un si fort à contretemps qu'il paraît une moquerie du sort; ou encore, Contraste étrange que présentent deux faits historiques rapprochés par quelque côté. C'est comme par une ironie du sort que le dernier empereur d'Occident s'appela Romulus Auguste.





La mort de Socrate - David

La méthode socratique


L'ironie et la maïeutique

La contribution de Socrate à la philosophie a été d’un prononcé ton éthique. La base de ses enseignements et ce qu'il a inculqué, a été la croyance d’une compréhension objective des concepts de justice amour et vertu et la connaissance de soi-même. Il croyait que le vice est le résultat de l'ignorance et qu’aucune personne ne souhaite le mal; la vertu est connaissance et ceux qui connaissent le bien, agiront de façon juste.

Sa logique a insisté dans la discussion rationnelle et la recherche des définitions générales, très clairement exposé dans les écrits de son jeune disciple Platon et de l’élève de celui-ci, Aristote. À travers les écrits de ces philosophes Socrate a beaucoup affecté le cours postérieur de la pensée spéculative occidentale.

-La définition consiste à répondre à la question qu'est-ce que c'est? (tí estí), c'est-à-dire: l’énonciation de l’essence universelle de quelque chose, sa détermination. Seulement sachant qu’est-ce que c'est quelque chose, indépendamment de son apparence, nous pourrons la connaître véritablement et construire une science (épistème) à son sujet. Le paradigme rationnel que Socrate inaugure seulement peut se comprendre en rapport au relativisme sceptique des sophistes.

En effet, les sophistes avaient affirmé le relativisme nosologique et moral. Socrate critiquera ce relativisme, convaincu que les exemples concrets ont un élément commun par rapport au quel ces exemples ont un sens. Si nous disons d'un acte qu’il est «bon» ce sera parce que nous avons une notion de «ce qui est» bon; si nous n'avions pas cette notion, on ne pourrait même pas dire que c'est bon pour nous car, comment pourrions-nous savoir? C'est la même chose dans le cas de la vertu, de la justice ou de n’importe quel autre concept moral. Pour le relativisme ces concepts ne sont pas susceptibles d’une définition universelle: ce sont le résultat d'une convention, ce qui ferait que ce qui est juste dans une ville pourrait ne pas l’être dans une autre. Socrate, par contre, est convaincu que ce qui est juste doit l’être dans toutes les villes, et que sa définition doit avoir une valeur universelle. La recherche de la définition universelle se présente, donc, comme la solution du problème moral et le dépassement du relativisme.

L’ironie et la maïeutique

Comment procéder à cette recherche? Socrate développe, comme il a été dit, une méthode pratique basée dans le dialogue, la conversation, la «dialectique», dans laquelle à travers du raisonnement inductif on pourrait espérer d'atteindre la définition universelle des termes objet d’investigation. Ladite méthode détenait deux phases : l’ironie et la maïeutique. Dans la première phase l’objectif fondamental est, à travers de l'analyse pratique des définitions concrètes, reconnaître notre ignorance, notre manque de connaissance de la définition que nous sommes en train de chercher. Une fois reconnue notre ignorance - de là sa fameuse: «je sais seulement que je ne sais rien» - nous sommes en condition de chercher la vérité. La deuxième phase, donc, la maïeutique ou l’art d'accoucher (donner de la lumière), consistait proprement en la recherche de la vérité, de cette définition universelle, ce mode de référence pour tous nos jugements moraux, dont Socrate aidait à naître. La dialectique socratique progressera des définitions plus incomplètes ou moins adéquates à des définitions plus complètes ou plus adéquates, jusqu'à atteindre la définition universelle. Il est vrai que les dialogues socratiques de Platon n’arrivent jamais à atteindre cette définition universelle, ce qui ferait possiblement que la dialectique socratique a pu être vue par certains comme quelque chose d’irritant, déconcertant ou même humiliant pour ceux dont l’ignorance était manifeste, sans arriver réellement à atteindre cette présumée définition universel qui était cherchée. Il est vrai qu'on cherchait, c'était du domaine théorique, pure spéculation ou c'était du domaine pratique? Tout semble indiquer que l'internationalité de Socrate était pratique : découvrir la connaissance qui servirait pour vivre, c'est-à-dire, déterminer les vrais valeurs à réaliser. Dans ce sens l’éthique socratique est nommé «intellectualiste» : la connaissance se cherche strictement comme un moyen pour l'action. De façon qu'on si on connaissait le «Bon», on ne pourrait agir autrement que par rapport à cette connaissance; le manque de vertu dans nos actions sera identifié donc avec l’ignorance, et la vertu avec le savoir.

-En se séparant des philosophes présocratiques qui s’interrogeaient pour l’arje ou les principes recteurs de la Physis (Nature), Socrate a dirigé le problème de la définition, de l'essence, vers le domaine moral et politique, défendant ce qui a été nommé un intellectualisme éthique. Selon cette doctrine, seulement en connaissant ce qui est a vertu, le bien ou la justice ou quelle est son essence, nous pourrons être vertueux, bons ou justes dans la vie pratique et nous serons dans les conditions de déterminer quel serait le régime politique plus adéquat pour que ces vertus s’épanouissent. Pourtant le savoir et la vertu coïncident, le mal moral (et politique) étant le fruit de l’ignorance et le manque de connaissance des hommes. En résumé, la question morale de la connaissance du «Bien» a été le centre de ces enseignements, ce qui a été une tournure fondamentale dans l'histoire de la philosophie grecque, en se passant des préoccupations cosmologiques de ses prédécesseurs. Le premier pas pour atteindre la connaissance, et la vertu (car connaître le bien et le pratiquer était, pour Socrate, la même chose) consistait en l'acceptation de leur propre ignorance.





Le cheval fou - Jean-Marie Guiny


 


 
J'ai choisi ma folie
Ma folie est douce

A dix lieux de cynisme
Au sud d'ironie
Très loin de violence
Au nord de révolte
A deux doigts de tendresse
Dans la région de cœur

On y entre
Comme on entre en religion
Elle est de langue rebelle

Ma folie est douce
Elle est poésie

Pied de nez à la réalité
Au froid réalisme
Elle est la distance
Nécessaire entre le rêve et le quotidien

Elle est de tendresse
Et d'ironie sublimante
On n'en sort qu'en perdant l'enfance
.

Jean-Michel Savanès

Extrait de Cheval fou







METEO
Un voile de brume.
Fantômes d'arbres,
Silhouettes sans mouvement.
Une vie tremblante.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire